اعداد: أ/ركزة سميرة -جامعة البليدة Les dysphasies

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي اذهب الى الأسفل

اعداد: أ/ركزة سميرة -جامعة البليدة Les dysphasies

مُساهمة  أد.ن بعيبع في السبت أبريل 25, 2009 8:32 am

2 : Les dysphasies

2-1 : Définitions
Il s’agit d’un trouble du langage, lié ou non à une lésion cérébrale, mais résultant d’un dysfonctionnement cérébral et plus spécifiquement des structures mises en jeu lors du traitement de l’information langagière. Les dysphasies sont congénitales ou acquises très tôt dans le développement. Les aphasies sont de survenue plus tardive, après l’acquisition d’un langage structuré.
La dysphasie se distingue du retard mental ; on exclut les enfants présentant un QIP<70. Elle se distingue aussi des troubles sensoriels et des syndromes psychotiques.
C’est donc une pathologie neurologique dont les conséquences sont majorées par les réactions de l’environnement et de l’enfant lui-même.
On distingue :
 le retard de parole et/ou langage : troubles fonctionnels transitoires, les problèmes scolaires sont possibles.
 La dysphasie : troubles structurels durables, problèmes scolaires constants.

2-2 : Classification, description
• Les troubles de la compétence linguistique
La syntaxe : les difficultés sont plus marquées en expression qu’en compréhension, et plus à l’écrit qu’à l’oral, on observe une difficulté à manier les formes verbales, l’omission des mots fonctionnels, l’ordre des mots de la phrase peut aussi être perturbé. Cela conduit à un discours télégraphique, pauvre, qui reste cependant informatif.
Le lexique : l’accès peut être perturbé par le manque de mots : il ne s’agit pas d’une méconnaissance du mot, mais d’une impossibilité à évoquer le nom d’un objet, d’une personne, d’un concept ; le trouble est inconstant. Il peut aussi être perturbé par des persévération lexicales : répétions inadaptées d’un mot antérieurement évoqué.
• Les troubles de la compréhension auditivo verbale (agnosie langagière)
On distingue :
 Les troubles de l’identification des mots (surdité verbale ou audimutité)
Le comportement de ces enfants rappelle ceux d’enfants sourds bien que les audiogrammes et les examens auditifs soient normaux.
Il existe une contradiction manifeste entre la compréhension des situations et gestes de la vie quotidienne, l’existence d’un comportement adapté, et l’incompréhension verbale.
L’enfant ne parle pas ou utilise quelques mots isolés. Pour fonctionner, il s’appuie sur des indices extra-linguistiques. La reconnaissance des sons non langagiers est préservée.
 Les troubles de la discrimination phonologique
Ils consistent en des confusions phonémiques d’intensité variable. Ces enfant ont souvent présenté un retard de langage avec un jargon persistant : ils sont loquaces mais peu ou inintelligibles.
• Les troubles de l’expression
 Les troubles de la programmation phonologique
Il s’agit de déformations phonologiques multiples. L’enfant est capable de prononcer tous les phonèmes lorsqu’ils sont isolés mais incapable d’en réaliser l’enchaînement. Cela aboutit à un jargon incompréhensible, contrastant avec une compréhension parfaite du langage oral par l’enfant.
Des troubles associés fréquents : dys-syntaxie bucco-faciale, dysarthrie. Dans ce cas, on peut aboutir à un quasi mutisme.
 L’apraxie bucco-faciale
 Il s’agit de l’impossibilité d’effectuer les mouvements phono-articulatoires alors que les mouvements réflexes sont conservés. L’enfant réalise des mimiques désordonnées et Inappropriées ; sur consigne ou en imitation, il est incapable d’effectuer des séries de geste bucco-faciaux qu’on lui propose.
• La dysphasie phonologico-syntaxique
Elle est de loin la plus fréquente de ces pathologies langagières.
Elle se caractérise par une triade :
 La réduction psycholinguistique : manque de spontanéité du discours de l’enfant et inhibition liées à la prise de conscience par l’enfant de ses difficultés langagières.
 La dys-syntaxie : Cf. les troubles de la compétence linguistique.
 Le trouble de la programmation phonologique : Cf. les troubles de l’expression.

2-3 : Le repérage des troubles et le diagnostic
Le dépistage consiste à chercher quelque chose qui est caché.
Le repérage consiste à prendre en compte des indices qui permettent d’orienter vers un diagnostic.
Le diagnostic permet d’affirmer et de typer un trouble.

• Le repérage
Il s’agit d’abord d’éliminer, s’ils existent, les troubles sensoriels (visuels et auditifs).
Le repérage repose sur la connaissance des étapes normales du développement du langage chez l’enfant. Les critères d’inquiétude :
 A 3 ans : aucun langage, inintelligibilité.
 Apres 3 ans : absence de syntaxe.
 Apres 5 ans : difficultés d’acquisition de l’écrit.
 A tout âge : mutisme, trouble du comportement, enfant « qui copie » et semble ne pas comprendre ce qu’on lui demande, ...


• Les étapes du diagnostic
Affirmer un net décalage avec le développement normal : erreurs inhabituelles, hypospontanéité verbales, troubles de la phonologie, troubles de l’évocation lexicale, dys-syntaxie, manque d’informativité du langage,…
 Eliminer une autre pathologie : surdité, déficiente mentale, troubles envahissants du comportement,…
 typer le trouble de langage : retard de langage ou dysphasie ?
 typer la dysphasie : Cf. classification.

2-4 : Adaptation et aide dans la classe :
Au niveau du langage réceptif :
 Attirer l’attention de l’élève quand on lui adresse un message. Nommer l’élève. S’assurer d’un contact visuel et même physique. (épaule, main …)
 Mimer le message quand c’est possible, exagérer les gestes pour frapper l’imagination.
 Ne donner qu’une consigne à la fois. Le message doit être bref.
 Utiliser des mots de vocabulaire connus de l’élève.
 Parler lentement. il est important de ralentir le débit verbal.
 Reformuler le même message en utilisant la redondance, la répétition, le rephrasage,…
 Reproduire le message par écrit en utilisant les pictos, des dessins, …
 Vérifier la compréhension verbale : permettre à l’élève de répéter le message, lui poser des questions sur le message.
Au niveau du langage expressif :
 Rendre disponible les aides visuelles pour faciliter la communication.
 Inciter à produire des gestes de communication non verbale.
 Vérifier la compréhension du message de l’élève par une demande de reformulation.
 Amener l’élève à illustrer son message, son raisonnement.
 Développer ses habiletés métaphonolgiques : nombre de syllabes du mot à évoquer, phonème initial …)
Organisation fonctionnelle de la classe :
 placer l’élève près de l’enseignant, loin des fenêtres, de la porte, de façon ç ce qu’il puisse le voir.
 Eviter la réorganisation des tables.
 Eviter la sur-stimulation ; trop d’images peut être aussi dommageable que trop de mots.
Relation avec la famille :
 Cahier de liaison : supports images, pictos, pour favoriser les échanges. Ce cahier pourrait servir de lien entre l’école, l’orthophoniste et les parents.
 Agenda personnel de l’élève pour noter les événements de la journée, les activités. C’est le cahier de vie.
 Indiquer aux parents le thème qui sera prochainement discuté en classe pour qu’ils abordent le vocabulaire qui s’y rapporte avec leur enfant …

أد.ن بعيبع
Admin

عدد المساهمات : 257
تاريخ التسجيل : 22/10/2008

معاينة صفحة البيانات الشخصي للعضو http://assps.yourforumlive.com

الرجوع الى أعلى الصفحة اذهب الى الأسفل

استعرض الموضوع السابق استعرض الموضوع التالي الرجوع الى أعلى الصفحة


 
صلاحيات هذا المنتدى:
لاتستطيع الرد على المواضيع في هذا المنتدى